Le forum des Old-timer et passionnés du Wild West.
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Search for a Silver Mine and the "Bowie Indian Fight"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shotgun Steve



Messages : 22
Date d'inscription : 30/12/2011
Localisation : Michigan, U.S.A.

MessageSujet: Search for a Silver Mine and the "Bowie Indian Fight"   Mer 1 Fév - 0:51

A Search for a Silver Mine
(1831)

and the "Bowie Indian Fight"

While the American traders were bent upon opening a trail through the desert country of the Southwest Indians—the Kiowas, Comanches and Apaches—into northern Mexico, American settlers had entered Mexico itself.

Moses Austin, born in Connecticut, but lastly a lead merchant in those same mines of Washington County, Missouri, where Major Andrew Henry the fur-hunter also was working, heard of the rich lands of the Spanish province of Texas. Major Henry thought mainly of beaver-fur—a get-rich-quick business that took what it might out of a country and left little in exchange. Moses Austin was a merchant and a manufacturer—in Missouri he turned his lead into shot, bars and sheets, and shipped his product to New Orleans. Now in 1820 he determined to settle Texas with American farmers.

Toward the close of the year he obtained from the Spanish governor, at San Antonio the capital of Texas, a grant of land. He died before he had removed there, himself; but his son Stephen Fuller Austin led the first settlers, gathered at New Orleans, in December, 1821. They located up the Brazos River in southeastern Texas.

The government of Mexico was glad to have the sturdy Americans upon its frontier, to act as a bulwark against the Indians. All Texas, like the Ohio Valley, was the favorite range of hard-fighting tribes; from the cannibal Karankawas (six feet tall, and wielding long-bows that no white man could draw) on the Gulf coast in the south, to the widely riding Comanches and Apaches in the north, with the Wacos, the Tawakonis, the Caddos, and others, in between.

The Spanish soldiery had made little progress against them. The Mexican settlements were few, the missions built by the Spanish priests had been destroyed; from San Antonio in the west to Nacogdoches in the east the country still belonged to the red warriors.

They began to pillage and kill the Americans. Texas was another Kentucky. But as in Kentucky and the Ohio Valley the Americans pushed on and on. They were not the kind to quit.

Among the early Americans to make their homes in Texas were the Bowie brothers: James, Rezin and Stephen. They were Georgians, but raised in Louisiana. The United States claimed Texas as a part of the Louisiana Territory that had been bought from France. Before ever Moses Austin had obtained his grant of land, parties of American adventurers were

constantly invading, to seize the country which as yet seemed to belong to nobody.

In 1819 James Bowie had landed, in just such a company, near Galveston; and although the company was driven out he chose Texas for his home. He traveled through it, lived at old San Antonio, entered into business, at Saltillo, south of the Rio Grande on the present Mexican border, was naturalized as a Mexican citizen, and in 1830 married the daughter of Juan Veramendi, the vice-governor of the State of Coahuila and Texas.

His brother Rezin also was now a Texan; Stephen came in a little later.

The two, Jim and Rezin, were famous for their bowie-knife, as well as for their bold fighting qualities. The knife was an accident. The first one had been invented by Rezin from a finely-tempered blacksmith's file, for a hunting-knife, in Louisana. When hammered and drawn into shape it had a blade five and one-quarter inches long and one and one-half to wide; was so nicely balanced that it was proved be both a useful tool and a terrible weapon.

Rezin gave this first knife to his brother Jim, and ordered another for himself. "Bowie's knife" gained much favor from those who tried it; and speedily the "bowie-knife" was being adopted by the hunters, back-woodsmen, desperadoes and all. Some wore it in their belts; some wore it in their boots.

The Spanish from the south had been in Texas long before the Americans were admitted; the Spanish military post of San Antonio de Bejar was founded in 1718, to protect the Catholic missionaries there. Two hundred miles to the northwest of San Antonio the Spanish priests had started the mission of San Saba, in 1857, among the Lipan Apaches; but that had been destroyed in the spring of the next year by the Comanches, Wichitas, Tawehash, and other Indians who hated the Apaches and the Spaniards both.

They had other reason, than revenge upon the Lipan mission Indians and the Spanish who were helping their enemies. Along the San Saba River there were rich veins of silver which the Tawehash owned. Miners from the mining district of Amalgres, Mexico, came to the mission and worked the veins, and sent the precious metal away. The Indians did not wish to have their silver taken; and they set out to close the mines. This they achieved in one stroke—wiped the mission and the pupils and the miners from the face of the valley.

For almost seventy-five years the "New Amalgres" mines, as they were known, of the San Saba, remained only as a secret to the Indians. No outsider could get near them; no Indian would show them to the stranger: and of course the longer they were hidden from view, the richer they grew in story and guess.

About the time that he was married to the lovely daughter of Vice-Governor Juan Veramendi, Jim Bowie himself, with a party of thirty other fearless bordermen, started from San Antonio to prospect, and discover the storied Amalgres mines, which would make their fortunes.

Before swinging north they traveled one hundred miles west, to the Frio River country; here they came upon an outcrop of silver and sunk a shaft; at the same time they built a rock fort near a spring on a ridge between the forks of the Frio, so as to stand off the Indians.

The Indians found them very promptly; in the early morning drove them from their shaft to the rock fort, and besieged them hotly all the day. These Texans were good shots; they were Texan Ranger stuff—and the Texan Rangers have been unmatched as frontier fighters. But though the Indians could not get in, they themselves were out-numbered and could not get out; could not even get to the spring, and what with the thirst from sun and powder-smoke they at last had drained their canteens.

Doubtless the Indians were counting on this; but they had not reckoned the nerve of the men behind the walls.

Jim Bowie was the commander there. He figured the situation over. They had to have water; already thirst was torturing, and making his men reckless. There were twenty-nine white men, and one negro slave, Jim—his own servant. Jim was the poorest shot and could be the most easily spared. He turned to Jim, by his side.

"See here, Jim. I want you to take the canteens and fetch us water from that spring.'

It may be readily believed that Jim's eyes popped.

"Out among dem Injuns? No, sar, Marse Jim! Dem Injuns is layin' dare in dem rocks an' bushes by de t'ousand, an' all dey gotto do is rare up an' kill dis nigger 'foh he could say 'Scat!' at 'em twice! No, sar; I cain't fill dem cainteens. Dey won't let me. No, sar!"

The white Jim looked for a moment at the black Jim, with those steady gray eyes that never wavered even when, six years later, they gazed from a sick

bed and waited the attack of a hundred Mexicans in the tragic Alamo.

"Jim!" he said, "Which are you most afraid of: me, or those Indians?"

Black Jim's knees shook, and he scratched his woolly thatch.

"Well, now, Marse Jim, if de boys got to have water 'foh dey kin lick dem Injun, an' you 'sist on me goin,' 'cose den I'll volunteer. Jes' gimme dem cainteens."

"All right, Jim." And white Jim smiled grimly. "You'll be safe. We'll cover every head with our guns and you sha'n't be hurt. The spring's in short range. Just fill the canteens, and come back with them."

Out went Negro Jim, as brave as the bravest. Sure enough, he made the spring and not a shot was fired at him; he filled the canteens, and started back with his load—and no Indian had managed to get sight of him. But the canteens clinked, a warrior peeked and saw, and the whoop of alarm rang.

The Indians' guns spoke; the fort replied briskly; dark forms sprang from shelter, to cut the water-carrier off, and through the whizz of balls black Jim legged for the fort, with the canteens bouncing on his back and shanks.

One warrior gained rapidly on him—tomahawk raised to strike. Jim's voice rose in a panting wail. 261) ?>

"Marse Jim! Oh, Marse Jim! Shoot dis hyar Injun, quick! He's gwine to hurt somebody d'rec'ly!"

That looked likely. Most of the guns in the fort had been emptied, white Jim himself was madly reloading for a shot in time, if possible; the tomahawk was poised over poor black Jim's bobbing wool; when a report sounded smartly, and the "Indian fell back so suddenly his feet flew up in the air."

Negro Jim's voice changed.

"Never mind now, Marse Jim. Marse Bob done knock his heels higher'n his haid. Oh, glory!"

And puffing and sweating he dived into the fort with all the canteens. He had brought the water. But—

"Marse Jim, please, sar, make dis water go fur as possible," he pleaded. "'Twon't take much mo' dat kind o' work 'foh dar'll be one nigger less in dis world. No, sar! If Marse Bob hadn't kep' him load back an' make de bullet come straight dat big Injun'd put his hatchet squar' into my haid! Had har! He suht'inly did grunt when dat piece ob lead hit him 'kerchug'! But mebbe next time dar wouldn't be no piece ob lead."

Robert Armstrong was the man who had fired the shot. Black Jim had recognized the rifle-crack. He knew all the men well, and they all knew him. Al-though he ranked as only a slave, they were free to admit that whatever his color he had done well; and Marse Jim Bowie was proud of his faithful servant boy.

This evening the Indians withdrew, discouraged.

The Texan treasure-seekers went home while they had the chance. Negro Jim found himself quite a hero in San Antonio; he lived long after his master perished in the historic Alamo fight, there, and was called "Black Jim Bowie" until his own death.

As for the other Jim Bowie, he did not give up his search for the Amalgres mines. They filled his dreams. Almost immediately he left his bride and went out again, into the San Saba country; this time was more successful; discovered an old shaft eight feet deep, and at the bottom chopped out some ore with his hatchet; had it assayed at New Orleans. It tested rich indeed. He decided to take another party in. The result was not wealth, but glory; for "Bowie's Indian Fight" has never been forgotten.

There were eleven in the little company: Jim Bowie and Rezin Bowie, David Buchanan, Robert Armstrong again, Jesse Wallace, Matt Doyle, Tom McCaslin, James Coryell, Caephus Ham, black boy Charles ("Black Jim" stayed at home, this time), and Mexican boy Gonzales. They rode out of old San Antonio on September 2, 1831; everybody knew where: to open up the lost Amalgres silver mines in the San Saba hills. Many a hand had grasped their hands, to bid good luck; but sundry hearts rather doubted whether even the two Bowies could hold the country against the redskins.

"Hang tight to yore scalps, boys, and keep a weather eye out for sign."

"We shore will."

They clattered away. Nothing especial happened on two weeks of trail; by the nineteenth they were al-most at the San Saba—the ruins of the ancient mission lay close ahead, and the mines were not far beyond. This noon they sighted Indians bearing down upon them. A fight? No. These were Comanches, and the Comanches had turned friendly; had announced that they did not war with the Texans, but with the Spanish.

Besides, Caephus Ham was a Comanche, himself; that is, he had gone out with a band of Comanches, from San Antonio; had been adopted in a chief's family; and had lived and traded among them for five months. They had treated him well. But Jim Bowie had sent word to him to return; that the Mexicans were preparing to attack the Texas Indians, and in the fighting he might be killed. Twenty-five warriors escorted him back to San Antonio, and he joined the Bowie excursion to the San Saba.

The Comanches who now arrived were sixteen, under a chief, and acted friendly. They brought news. They said that over one hundred and fifty angry Indians—Tawakonis, Wacos and Caddos—were on the same trail, to kill every Texan that they found. No stranger should be permitted in the San Saba country.

"But if you will turn back," added the Comanche chief, "I and my men will go with you and we all will fight them, together."

"No," Jim Bowie replied. "You are our brothers; your hearts are strong; we thank you but we cannot accept. If they are so many, you would only die with us. We do not wish to fight. If we travel fast we shall reach the old mission and the walls will protect us. Adios."

He and his Texans rode one way, the Comanches rode the other.

They had hoped to arrive at the old mission or Spanish fort by night. And they might have done so had the trail not become so rocky that their horses' feet gave out; therefore they made camp in a small prairie island of live-oaks. The clump was bounded on the west by a stream; on the north by a thick growth of mesquite trees and prickly-pear cactus about ten feet high.

"That's where we'll 'fort,' boys, in case we have to hunt a hole," Jim Bowie said.

So they posted a look-out; cut a crooked lane into the midst of the mesquite and cactus; cleared a fighting space there, hobbled their horses among the live-oaks, ate supper, refilled their canteens, and with night guards on watch they rolled in their blankets, until morning. They still had hopes of getting to the San Saba ruins.

That was not to be. They were just cooking breakfast by the first gray of daylight, when the guard called:

"Whoopee! They're a-comin', boys."

"Get your guns and lie low, boys," rapped Jim Bowie, the captain. "See that your horses are tied short."

The guards ran in, to join the line. "How many"

"One buck afoot, with his nose to the ground, followin' the trail. But plenty more behind."

The camp had been discovered. A dozen Indians, horseback, had ridden forward, reconnoitering. There were shouts, a shrill chorus of glad whoops; the back trail looked alive with warriors. One hundred, one hundred and fifty—one hundred and sixty-four!

"Well," Captain Bowie remarked, "that's a big mouthful for eleven men. I reckon we'd better try a talk, and see what they want. If we can come to terms, so as to pull out with what we have, all right. Otherwise, we'll fight. Who'll go with me?"

They all trusted Jim Bowie. He was not a large man; he was of medium height, small-boned and wiry. He never blustered; had a quiet way and a soft voice—but it could cut like steel when the case demanded. He was a fighter, in defence of his rights or the rights of others; but his bravery did not depend upon "bowie knife" or such weapon.

"No; you stay here, Jim, and boss matters. I'll go," spoke his brother Rezin. Rezin Bowie was like him in manner, but of slightly heavier build.

"I'm with you," said Dave Buchanan.

"Go ahead, then. We'll cover you. Give them the peace sign and ask them what they Rezin and Dave stood, and walked boldly out of the live-oaks, into the open; advanced on to within forty yards of the waiting Indians. Rezin could be heard calling to them in Spanish.

"Como 'sta (How are you)? Where is your capitan (chief)? I want to talk."

"How do? How do?" they answered, from all quarters—and drowned their voices with their guns.

Down lurched Dave.

"Got me in the leg," he gasped.

"I'll take you in." Rezin spread two barrels of buck-shot among the howling ranks, hoisted Dave upon his back, and with shot-gun in one hand and pistol in the other staggered for the trees.

There was another volley.

"Got me twice more," Dave gasped. "Drop me if you can't make in."

Rezin Bowie had no thought of dropping him, but eight of the Indians were hot after, with tomahawks. Led by Jim, out charged the Texans, firing; they killed four of the Indians, scattered the others, and rescued Rezin and Dave. Dave was badly hurt, but not fatally. Rezin's hunting-shirt was cut in several places; he himself was unharmed.

The Texans formed a half circle, fronting the enemy. The most of the Indians had disappeared, in the grass and chaparral. For about five minutes there was no shooting. Then, on a sudden, the yells burst forth from a new quarter. A little hill to the northwest, across the creek, was "red with Indians." The Texans shifted front slightly, to meet the attack; the bullets and arrows pelted in and the Texan ball and buck-shot replied.

A chief upon a horse was riding back and forth, urging his warriors to charge. His words sounded plainly.

"Who's loaded?" cried Jim Bowie, as he rammed the powder into his gun, and most of the men seemed to be doing likewise.

"I am." That was Caephus Ham.

"Then shoot that chief yonder."

Caephus drew careful bead, and fired. It was long range, but the chief's pony fell kicking and the chief hopped wildly about on one leg. The ball had passed through his other leg and killed the pony. He tried to cover himself with his shield and his struggling horse; four Texan rifles spoke together—every ball plumped into the shield, he crumpled in a heap, his warriors hustled to bear off his body and other bullets caught some of them, also.

So far the honors of war were with the Bowie men. The Indians scampered to the safe side of the hill. What next? On a sudden, led by another chief, the Indians again swarmed into sight, at the same place. The chief was yelling:

"Forward! Forward! Kill the Texans!"

"I'll stop your gab," muttered Jim Bowie. He aimed, touched trigger, killed this second chief.

That infuriated the Indians. They dared not charge the grove, but they deluged it with lead and arrows; the few white men answered rapidly. Without warning, bullets and shafts spattered in from another angle.

"Look out! They're flanking us!" Captain Bowie shouted. "They're in the creek bed."

So they were; a party of them had gained the banks of the creek, on the west. The men at that end of the line turned, and ran, stooping, to face the attack. Matt Doyle was fatally shot, through the breast. Tom McCaslin, springing to drag him to cover, and get sight of his slayer, if possible, received a ball through the body.

"Into the chaparral," ordered Jim Bowie. "We'll stand 'em off from there. Never mind the horses."

Carrying their wounded, they dived for the lane into the mesquite and cactus. From here they raked the creek bed, and cleared it. That was better. They had good view of the hill and prairie, too. They fought cunningly. The Indians could locate them only by the powder smoke from the gun muzzles; but the instant that they fired, the Texans squirmed aside for six or eight feet, and the answering bullets were wasted.

The Indians were still getting the worst of it. A large number were lying dead or wounded. The sun was high.

"What they up to, next, I wonder?"

"They're goin' to smoke us out! I see a fellow crawlin' through the grass to windward."

"Can't you get him?" demanded Captain Jim. "No. He's foxy."

"Whereabouts?"

Bob Armstrong's heavy rifle interrupted.

"I fetched him, boys! Plumb through the head. Dead center."

Bob had scored at two hundred and fifty yards, with a snap-shot. He was one of the best rifle-shots on the border.

The grass was fired, nevertheless, in several spots. It was dry, and caught like tinder; the flames crackled and leaped, and raced down upon the thicket. The smoke rose densely. The Indians might be dimly seen, running about in the drifting veil and carrying off their killed and wounded.

Jim Bowie's voice pealed like a trumpet.

"We're not dead yet. Clean away the brush and leaves as far as you can reach, some of you. The rest of us pile up rocks and dirt for a breastworks for the wounded."

They labored madly. The horses tore loose and bolted. The Indians whooped, gleeful, and shot briskly. But the wind changed, into the north, and the fire surged past, just grazing the thicket; the slowly creeping back-fire was easily smothered with blankets.

Had they been saved? No! The Indians started another fire, on the north. The dried grass was even higher here. The flames roared in a front ten feet in air; the pungent smoke drifted chokingly.

"Put the wounded and baggage in the center," were the orders. "Then every man clear his own space. When it comes, lay on with blankets, robes, anything. We may be roasted here, but it's sure death for us outside."

The heat and smoke became terrific. "The Indians," said Rezin Bowie, "fired about twenty shots a minute," riddling the thicket. "The sparks were flying about so thickly that no man could open his powder horn with-out running the risk of being blown up." If the Indians charged in after the fire, under cover of the smoke, the Texans could only empty their guns and meet the charge with knives and hatchets.

Now the flames were upon them. The branches and the cactus twisted and popped. Cowering and shielding their wounded, the men "lay to" with whatever came to hand—blankets, buffalo robes, bear-skins, coats, shirts—and beat out the ground-fire. Their hair, beards and eye-brows were singed; they could scarcely see. And leaping overhead, or splitting, the storm passed on.

It left the thicket bare to the blackened branches and shriveled cactus-lobes. Every inch fumed with the acrid smoke.

"Raise that breastworks. It's all we've got, boys. We'll have to fight from inside it."

"Dat Jim nigger 'lowed he was in a toler'ble fight, but 'twa'n't nothin' 'side ob dis," chattered boy Charles.

They toiled, piling their rampart ring higher, while they constantly peered right, left, before, behind, expecting a charge.

Bob Armstrong cheered.

"The reds are going! They've had enough!"

That seemed true. The Indians had taken away their dead and wounded; they were commencing to follow, but some of them remained in sight.

The sun set. It had been a short day. In the dusk the Texans got fresh water, at the creek. Soon they were ready for the morrow. All that night the Indian death chants sounded. Morning came. There was silence, while inside their little circle of rocks and sod amidst the scorched brush the five able-bodied white men and two boys waited.

No Indians appeared near. They were somewhere, burying their dead. It was found out afterward that they were in a cave, not far off.

This night Bob Armstrong and Caephus Ham stole away, and examined the other side of the hill.

"Forty-eight blood signs we counted," Bob reported, "where Injuns had been laid."

"I reckon we'd best stay here awhile, just the same," Captain Jim Bowie counseled. "And we've got a man or two who ought not to be moved yet."

On the ninth morning after the fight they started home, with their three wounded and their baggage on horses, but themselves mainly afoot; traveled ten days, and reached San Antonio in early night.

They met with a great reception. The Comanches had been there, to tell of the danger and to say that the Bowie party were surely doomed. Stephen Bowie had heard and had hastened in; was forming a company to set out and avenge Jim, Rezin and the rest.

But now a shout arose—

"Here they are! The Bowies are back! The whole party's in!"

Men and women rushed out of the adobe houses, for the plaza. All San Antonio rejoiced. The escape was looked upon as a miracle.

One killed, three wounded, was the list; "but we fought fire as well as Injuns." Of the one hundred and sixty-four Indians over eighty had fallen—fifty two of them never to rise again.

Such was "Bowie's Indian Fight," in the San Saba country of central Texas, September 20, 1831.

The Bowie brothers did not give up. James was certain that the mine was there, in the San Saba; it only waited to be reclaimed by brave men. He organized another party; they were ready, and feared not, when Texas rebelled against the unjust laws of the Mexican government. For the next three years all was in confusion. On October 2, 1835, the American settlers, collected at Gonzales, east of San Antonio, defied the Mexican troops in the skirmish called the Lexington of Texas.

The noted Sam Houston was appointed commander-in-chief of the Texan army, to fight for State rights. These were not times in which the Bowie brothers or any other true man would search for a mere mine. On March 2, 1836, Texas declared independence, as a republic. On Sunday, March 6, General Santa Anna of the Mexican army stormed the old Alamo mission of San Antonio with two thousand five hundred soldiers supported by cannon.

Colonel Jim Bowie was among the defenders, but sick in bed. Of the one hundred and eighty only three women, a baby, a little girl and a negro boy were spared; and in bed Jim Bowie died, pistols in hand, face to the doorway through which the Mexican soldiers crowded and shot him—they were afraid to use their bayonets.

After the war Rezin Bowie went back to Louisiana. The "Bowie Mine," of the old Amalgres workings in the dangerous San Saba country remained unopened, for the secret of it perished with Jim Bowie himself.

by Edwin Sabin


Revenir en haut Aller en bas
http://lastoftheplainsmen.freeforums.org/index.php
J.B.Books
Law in Abilene
Law in Abilene


Messages : 1957
Date d'inscription : 20/11/2011
Age : 40
Localisation : Sous mon chapeau.

MessageSujet: Re: Search for a Silver Mine and the "Bowie Indian Fight"   Mer 1 Fév - 8:29

Traduction GOGOLE !

Une recherche pour une mine d'argent
(1831)
et le "Bowie Indian Fight"

Alors que les commerçants américains ont été résolus à l'ouverture d'un sentier à travers le pays désert du sud-ouest Indiens-les Kiowas, les Comanches et les Apaches en-nord du Mexique, les colons américains étaient entrés au Mexique lui-même.

Moses Austin, né dans le Connecticut, mais enfin un marchand de plomb dans ces mêmes mines du comté de Washington, le Missouri, où le Major Andrew Henry la fourrure chasseur était également travailler, entendre des riches terres de la province espagnole du Texas. Le major Henry pensait principalement de castor fourrure d'une entreprise pour devenir riche rapidement qui a eu ce qu'il pourrait sortir d'un pays et laissé peu en échange. Moses Austin était un négociant et un fabricant dans le Missouri, il tourna son plomb en tir, les bars et les feuilles, et a expédié ses produits à la Nouvelle Orléans. Maintenant, en 1820, il décida de s'installer au Texas, avec les agriculteurs américains.

Vers la fin de l'année il a obtenu du gouverneur espagnol, à San Antonio la capitale du Texas, une concession de terre. Il est mort avant d'avoir enlevé il, lui, mais son fils Stephen Fuller Austin a conduit les premiers colons, se sont réunis à la Nouvelle-Orléans, en Décembre 1821. Ils trouvent le fleuve Brazos, dans le sud du Texas.

Le gouvernement du Mexique a été heureux d'avoir les Américains robustes sur sa frontière, à agir comme un rempart contre les Indiens. Tous Texas, comme la vallée de l'Ohio, a été la gamme préférée de dur-à-tribus; de la Karankawas cannibale (six pieds, et brandissant long des arcs qu'aucun homme blanc pouvait tirer) sur la côte du Golfe dans le sud, à la très équitation Comanches et les Apaches dans le nord, avec le Wacos, le Tawakonis, le Caddos, et d'autres, entre les deux.

Les soldats espagnols avaient fait peu de progrès contre eux. Les colonies mexicaines étaient peu nombreux, les missions construit par les prêtres espagnols avaient été détruits; de San Antonio à l'ouest à Nacogdoches dans l'est du pays appartenait encore aux guerriers rouges.

Ils ont commencé à piller et à tuer les Américains. Texas a été une autre Kentucky. Mais comme dans le Kentucky et l'Ohio, les Américains poussé encore et encore. Ils n'étaient pas du genre à abandonner.

Parmi les premiers Américains à rendre leur domicile au Texas étaient les frères Bowie: James, Retsin et Stephen. Ils étaient Géorgiens, mais a grandi en Louisiane. Les États-Unis soutenaient le Texas comme une partie de la Louisiane qui avait été acheté à la France. Avant même de Moïse, Austin avait obtenu sa concession de terre, les partis d'aventuriers américains ont

constamment envahir, de s'emparer du pays, qui semblait encore appartenir à personne.

En 1819, James Bowie avait atterri, dans une telle entreprise, près de Galveston, et bien que la société a été chassé il a choisi le Texas pour sa maison. Il a voyagé à travers elle, vivait à Old San Antonio, est entré en activité, à Saltillo, au sud du Rio Grande à la frontière mexicaine actuelle, a été naturalisé mexicain, et en 1830 épousa la fille de Juan Veramendi, le vice-gouverneur de l'État de Coahuila et le Texas.

Son frère a également été Retsin désormais un Texan, Stephen est venu un peu plus tard.

Les deux, Jim et Retsin, étaient célèbres pour leurs bowie-knife, ainsi que pour leurs qualités de combattant audacieux. Le couteau était un accident. Le premier avait été inventé par Retsin partir d'un fichier d'un forgeron finement trempé, pour un couteau de chasse, en Louisiane. Lorsque martelé et aspiré dans la forme qu'il avait une lame de cinq ans et un quart pouces de long et un an et demi à large; était tellement bien équilibrée qu'elle a été prouvé être à la fois un outil utile et une arme terrible.

Retsin a donné ce premier couteau à son frère Jim, et a ordonné une autre pour lui-même. «Couteau Bowie" gagné beaucoup de faveur de ceux qui l'ont essayé, et rapidement la «bowie-knife» a été adoptée par les chasseurs, bûcherons-retour, et tous les desperados. Certains le portait à la ceinture; certains, il portait dans leurs bottes.

Les Espagnols du sud avait été dans le Texas, bien avant les Américains ont été admis; le poste militaire espagnol de San Antonio de Béjar a été fondée en 1718, afin de protéger les missionnaires catholiques. Deux cents miles au nord-ouest de San Antonio, les prêtres espagnols avaient commencé la mission de San Saba, en 1857, parmi les Apaches Lipan, mais qui avait été détruite au printemps de l'année suivante par les Comanches, Wichitas, Tawehash, et d'autres Indiens qui détestait les Apaches et les Espagnols à la fois.

Ils avaient raison, que la vengeance sur les Indiens Lipan mission et les Espagnols qui aidaient leurs ennemis. Le long du fleuve San Saba, il y avait de riches veines de l'argent qui appartient Tawehash. Mineurs du district minier de Amalgres, au Mexique, est arrivé à la mission et a travaillé les veines, et envoyé le métal précieux loin. Les Indiens ne veulent pas avoir leur argent pris, et ils partirent de fermer les mines. Ce qu'ils réalisé en un seul coup-essuya la mission et les élèves et les mineurs de la face de la vallée.

Depuis près de 75 années de la "Nouvelle Amalgres" les mines, tels qu'ils étaient connus, de l'Saba San, ne restait plus que comme un secret pour les Indiens. Aucun étranger pourrait obtenir près d'eux; aucun Indien ne les montrer à l'étranger: et bien sûr le plus qu'ils ont été cachés de la vue, les plus riches ils ont grandi dans l'histoire et de deviner.

À propos du temps qu'il était marié à la jolie fille du vice-gouverneur Juan Veramendi, Jim Bowie lui-même, avec une partie des trente autres bordermen intrépides, a commencé à partir de San Antonio à la prospection, et de découvrir les mines étages Amalgres, ce qui ferait leur fortune .

Avant de balancer nord, ils parcouru la hundred miles à l'ouest, vers le pays Frio River; là ils tombèrent sur un affleurement de l'argent et creusé un puits; dans le même temps, ils ont construit un fort rocher près d'une source sur une crête entre les fourches du Frio , afin de tenir les Indiens.

Les Indiens les ai trouvés très rapidement; en début de matinée les chassèrent de leur arbre à la Rock Fort, et les assiégea âprement toute la journée. Ces Texans étaient bons coups, ils étaient texan Ranger slideshows et les Rangers du Texas ont été inégalé en tant que combattants frontière. Mais si les Indiens ne pouvaient pas entrer, ils étaient eux-mêmes hors-numérotés et ne pouvait pas sortir; ne pouvait même pas aller à la source, et ce avec la soif de soleil et de poudre de fumée, ils avaient enfin vidé leurs cantines.

Sans doute les Indiens comptaient sur cela, mais ils n'avaient pas compté le nerf des hommes derrière les murs.

Jim Bowie était le commandant là-bas. Il a figuré la situation au cours. Ils devaient avoir de l'eau, déjà soif était torturé, et en faisant ses hommes téméraires. Il y avait vingt-neuf hommes blancs, et un esclave nègre, Jim-son propre serviteur. Jim a été le plus pauvre tir et pourrait être le plus facilement épargnés. Il se tourna vers Jim, à ses côtés.

«Voyez-vous, Jim. Je veux que vous preniez les cantines et nous chercher l'eau à partir de ce printemps."

Il peut être facilement croire que les yeux de Jim éclaté.

«Hors les dem Injuns? Non, sar, Marse Jim! Dem Injuns est layin 'osent in dem roches une« buissons de t'ousand, une «tous les dey ne Gotto est rare en place un« nigger tuer dis' foh qu'il pouvait dire «Scat! à 'em deux fois Non, sar;! I cain't remplissez dem cainteens Dey ne me laisse pas Non, sar "..!

Le Jim White regarda un instant à la Jim Black, avec ces yeux gris qui continue n'a jamais faibli, même lorsque, six ans plus tard, ils se regardaient d'un malade

lit et attendit l'attaque d'une centaine dans les Mexicains tragiques Alamo.

"Jim!" dit-il, «Quel est votre plus grande peur: moi, ou les Indiens?"

Genoux noirs de Jim secoua, et il se gratta la chaume laineux.

«Eh bien, maintenant, Marse Jim, si les garçons de Got avoir de l'eau 'foh dey kin lèchent dem Injun, un« vous »SIST sur moi goin', 'den glucose je vais bénévoles. Jes Gimme cainteens dem."

«Très bien, Jim." Et Jim sourit sinistrement blanches. "Vous serez en sécurité. Nous allons couvrir toutes les têtes avec nos fusils et vous ne serons pas mal. Le printemps en courte portée. Il suffit de remplir les cantines, et de revenir avec eux."

Out allé Nègre Jim, aussi courageux que les plus courageux. Effectivement, il a fait le printemps et pas un coup a été tiré sur lui; il a rempli les cantines, et a commencé à revenir à sa charge et aucun Indien n'avait réussi à obtenir de vue. Mais les cantines s'entrechoquaient, un guerrier jeté un œil et vit, et le cri d'alarme a sonné.

Les Indiens des fusils parlé; le fort répondit vivement; formes sombres bondit d'un abri, de couper le hors porteur d'eau, et par le sifflement des balles noires Jim pattes pour le fort, avec les cantines rebondit sur son dos et jarrets.

Un guerrier gagnait rapidement sur lui-tomahawk soulevé de grève. La voix de Jim a augmenté en un hurlement haletant. 261)?>

"Marse Jim! Oh, Marse Jim! Tirez DIS hyar Injun, vite! Il Gwine de blesser quelqu'un d'rec'ly!"

C'est vraisemblablement regardé. La plupart des armes à feu dans le fort avait été vidé, blanc, Jim lui-même était éperdument rechargement pour un tir dans le temps, si possible; le tomahawk était prête sur laine pompage noire pauvre Jim, quand une détonation éclata intelligemment, et l'Indien "retomba donc soudain, ses pieds volaient en l'air. "

La voix de Jim Negro changé.

«Jamais l'esprit maintenant, Marse Jim. Marse Bob fait frapper ses talons higher'n son Haid. Ah, la gloire!"

Et soufflant et suant, il a plongé dans le fort avec toutes les cantines. Il avait apporté de l'eau. Mais-

"Marse Jim, s'il vous plaît, sar, faire de l'eau dis aller plus loin que possible," at-il plaidé. «Twon't prendre beaucoup mo '' travail 'o type DAT foh dar'll être un nigger moins dans le monde dis. Non, sar! Si Marse Bob n'avait pas Kep' le charger de retour une« balle de faire venir directement dat grande Injun'd mettre son squar hache 'dans mon Haid! Si Har! Il n'a suht'inly grognement lorsque la pièce dat ob tête a heurté le «kerchug! Mais dar mebbe prochaine fois ne serait pas sans entraîner ob morceau."

Robert Armstrong était l'homme qui avait tiré le coup. Noire, Jim avait reconnu le fusil-fissure. Il connaissait tous les hommes bien, et ils le connaissaient tous. Al-bien qu'il ne classée comme un esclave, ils étaient libres d'admettre que tout ce que sa couleur qu'il avait bien fait, et Marse Jim Bowie était fier de son petit garçon fidèle serviteur.

Ce soir, les Indiens se retire, découragé.

Le Texan chercheurs de trésors est rentré chez tandis qu'ils avaient la chance. Nègre Jim se trouva tout à fait un héros à San Antonio, il a vécu longtemps après son maître a péri dans la lutte historique Alamo, là-bas, et fut appelé "Black Jim Bowie" jusqu'à sa propre mort.

Comme pour les autres Bowie, Jim, il n'a pas abandonné sa quête pour les mines Amalgres. Ils ont rempli ses rêves. Presque immédiatement, il a laissé son épouse et sortit de nouveau, dans le pays de San Saba, cette fois eu plus de succès; découvert un ancien puits de huit pieds de profondeur, et au bas hachées quelques minerai avec sa hache; avait analysé à la Nouvelle Orléans. Il testés riche en effet. Il a décidé de prendre un autre parti po Le résultat n'était pas la richesse, mais la gloire, car "Fight indiens Bowie" n'a jamais été oublié.

Il y avait onze dans la petite entreprise: Jim Bowie et Retsin Bowie, David Buchanan, Robert Armstrong à nouveau, Jesse Wallace, Matt Doyle, Tom McCaslin, James Coryell, Caephus Ham, Black Boy Charles ("Black Jim» est resté à la maison, cette fois ), et du Mexique garçon Gonzales. Ils ont parcouru des vieux San Antonio le 2 Septembre 1831, tout le monde savait où: pour ouvrir des mines d'argent perdus Amalgres dans les collines de San Saba. Beaucoup d'une main avait saisi les mains, de soumissionner bonne chance, mais plutôt les cœurs diverses doutait que même les deux Bowies pourrait tenir le pays contre les Peaux-Rouges.

"Hang serré pour yore scalps, les garçons, et de garder un oeil sur météorologiques pour signer."

«Nous shore sera."

Ils fracas loin. Rien particulière qui s'est passé sur deux semaines de sentier; par le siècle elles ont été al-plus à l'San Saba-les ruines de l'ancienne mission se trouvait près à venir, et les mines ne sont pas loin. Ce midi, ils ont aperçu les Indiens portant sur eux. Un combat? Non, ces Comanches ont été, et les Comanches avait tourné amicale; avaient annoncé qu'ils n'avaient pas la guerre avec les Texans, mais avec l'espagnol.

Par ailleurs, Caephus Ham était un Comanche, lui-même, c'est qu'il était sorti avec une bande de Comanches, de San Antonio; avait été adopté dans la famille d'un chef, et avait vécu et échangés entre eux pendant cinq mois. Ils l'avaient bien traité. Mais Jim Bowie avait lui envoya dire de revenir, que les Mexicains se préparaient à attaquer les Indiens du Texas, et dans le combat, il pourrait être tué. Vingt-cinq guerriers escorté de retour à San Antonio, et il a rejoint l'excursion Bowie à l'Saba San.

Les Comanches qui maintenant sont arrivés étaient seize, sous un chef, et a agi amicale. Ils ont apporté de nouvelles. Ils ont dit que plus de 150 Indiens en colère-Tawakonis, Wacos et Caddos-étaient sur la même piste, de tuer tous les texan qu'ils ont trouvé. Aucun étranger devraient être autorisés dans le pays de San Saba.

"Mais si vous voulez revenir en arrière", a ajouté le chef comanche, "Moi et mes hommes vont avec vous et nous allons tous les combattre, ensemble."

«Non», répond Jim Bowie. "Vous êtes nos frères; vos cœurs sont forts, nous vous remercions, mais nous ne pouvons pas accepter si elles sont si nombreuses, que vous ne meurent avec nous Nous ne voulons pas de combattre si nous voyageons vite nous atteindrons l'ancienne mission et... les murs nous protègent. Adios ».

Lui et son roulé d'une manière Texans, les Comanches roulé de l'autre.

Ils avaient espéré pour arriver à l'ancienne mission espagnole ou fort la nuit. Et ils auraient fait si la piste n'est pas devenu si rocailleuse que les pieds de leurs chevaux a distribué, par conséquent ils ont fait du camp dans une île des Prairies petits chênes verts. Le bouquet a été délimitée à l'ouest par un ruisseau; au nord par une croissance épaisse des arbres mesquite et Raquette environ dix pieds de haut.

«C'est là que nous allons« fort, «les garçons, au cas où nous avons à chasser un trou», a déclaré Jim Bowie.

Alors ils ont affiché une vigie; couper une Crooked Lane dans le milieu de la mesquite et de cactus; effacé un espace combats là-bas, entravé leurs chevaux parmi les chênes verts, mangé le souper, rempli de leurs cantines, et avec des gardes de nuit sur qu'ils regardent roulés dans leurs couvertures, jusqu'au matin. Ils avaient encore l'espoir d'obtenir des ruines de San Saba.

Cela ne devait pas être. Ils étaient tout simplement cuisiner le petit déjeuner par le gris d'abord la lumière du jour, quand le gardien a appelé:

«Whoopee! Ils sont un Comin-', les gars."

"Obtenez vos armes et le mensonge bas, les garçons", frappa, Jim Bowie, le capitaine. «Voir que vos chevaux sont attachés court."

Les gardes accourut, se joindre à la ligne. "Combien"

«Un buck à pied, avec son nez au sol, followin« le sentier. Mais beaucoup plus derrière. "

Le camp avait été découvert. Une douzaine d'Indiens, à cheval, était monté en avant, reconnaissances. Il y avait des cris, un chœur strident de whoops heureux; le chemin de retour semblent vivantes, avec des guerriers. Une centaine, 150 à 164!

«Eh bien», le capitaine Bowie fait remarquer, «c'est une grande bouchée de onze hommes. Je crois que nous ferions mieux essayer un parler et voir ce qu'ils veulent. Si nous pouvons venir à bout, afin de sortir avec ce que nous avons, tout droit. Sinon, nous nous battrons. Qui va venir avec moi? "

Ils ont tous fait confiance, Jim Bowie. Il n'était pas un grand homme, il était de taille moyenne, de petits os et nerveux. Il n'a jamais tempêté; avait une façon calme et d'une voix douce, mais elle pourrait couper comme l'acier lorsque l'affaire exigeait. Il était un combattant, dans la défense de ses droits ou les droits d'autrui, mais sa bravoure ne dépendait pas de "couteau Bowie" ou telle arme.

«Non,. Vous restez ici, Jim, et les questions patron que je vais aller», a parlé de son frère Retsin. Retsin Bowie était comme lui de la manière, mais de construire un peu plus lourd.

"Je suis avec vous», a déclaré Dave Buchanan.

"Allez-y, puis nous allons vous couvrir Donnez-leur le signe de la paix et de leur demander ce qu'ils Retsin et Dave debout, et marchait hardiment hors de l'chênes verts, au grand jour;.. Avancés à un délai de quarante mètres de l'attente Indiens. Retsin pouvait entendre l'appel à eux dans l'espagnol.

"Côme" STA (Comment êtes-vous)? Où est votre capitan (chef)? Je veux parler. "

"Comment faire? Comment faire?" ils ont répondu, de toutes parts et leurs voix se sont noyés avec leurs fusils.

Bas embardée Dave.

"Got me dans la jambe", a le souffle coupé.

«Je vais vous prenez po" Retsin écart de deux barils de chevrotines dans les rangs hurlant, Dave hissé sur son dos, et avec fusil dans une main et pistolet dans l'autre échelonnés pour les arbres.

Il y avait une autre volée.

"Got moi deux fois plus», Dave haleta. "Dépose-moi si vous ne pouvez pas faire po"

Retsin Bowie n'avait pas pensé à lui en baisse, mais huit des Indiens étaient chauds après, avec des tomahawks. Dirigée par Jim, hors charge les Texans, le tir, ils ont tué quatre des Indiens, a dispersé les autres, et sauvé Retsin et Dave. Dave a été gravement blessé, mais pas mortellement. Retsin de chasse-shirt a été coupée en plusieurs endroits, il était lui-même indemne.

Les Texans ont formé un demi-cercle, donnant l'ennemi. La plupart des Indiens avaient disparu, dans l'herbe et du chaparral. Pour environ cinq minutes il n'y avait pas de tir. Puis, sur un coup, des hurlements éclatent à partir d'un nouveau quartier. Une petite colline au nord-ouest, à travers le ruisseau, était "rouge avec les Indiens». Les Texans avant légèrement décalé, pour répondre à l'attaque; les balles et les flèches bombardé dans la balle et la texane et chevrotines répondu.

Un chef sur un cheval était monté avant en arrière, exhortant ses guerriers à se charger. Ses mots sonnaient clairement.

«Qui est-il chargé?" cria Jim Bowie, comme il a enfoncé la poudre dans son fusil, et la plupart des hommes semblaient faire de même.

«Je suis». Cela a été Ham Caephus.

"Alors que le tournage là-bas en chef."

Caephus a attiré attention perles, et a tiré. Il a été longue portée, mais le chef de poney est tombé coups de pied et le chef sauté sauvagement sur une jambe. La balle avait traversé son autre jambe et a tué le poney. Il a essayé de se couvrir de son bouclier et son cheval en difficulté; quatre fusils texan parlèrent-chaque balle rebondie sur le bouclier, il froissé dans un tas, ses guerriers bousculé à porter hors de son corps et les balles d'autres attrapé certains d'entre eux, aussi.

Jusqu'à présent, les honneurs de la guerre ont été avec les hommes de Bowie. Les Indiens couraient sur le côté sécuritaire de la colline. Et après? Sur un coup, dirigé par un autre chef, les Indiens à nouveau envahi la vue, au même endroit. Le chef hurlait:

«En avant! En avant! Tuez les Texans!"

«Je vais arrêter votre gab», murmura Jim Bowie. Il vise, touché de déclenchement, tué ce chef secondes.

C'est exaspéré les Indiens. Ils n'osaient pas responsable du bosquet, mais ils l'ont inondé de plomb et les flèches; les rares hommes blancs répondu rapidement. Sans avertissement, des balles et des arbres dans les éclaboussé un autre angle.

«Attention! Ils nous flanquant!" Le capitaine criait Bowie. "Ils sont dans le lit du ruisseau."

Alors qu'ils étaient; une partie d'entre eux avait gagné les rives de la crique, à l'ouest. Les hommes à l'extrémité de la ligne activée, et courut, se courber, pour faire face à l'attaque. Matt Doyle a été tué par balle, à travers le sein. Tom McCaslin, sautant sur lui glisser à couvrir, et obtenir la vue de son tueur, si possible, a reçu une balle à travers le corps.

"Into the chaparral», commanda Jim Bowie. "Nous allons tenir 'em off à partir de là. Peu importe les chevaux."

Emportant leurs blessés, ils ont plongé pour la voie dans le mesquite et de cactus. De là, ils ratissé le lit du ruisseau, et il effacé. Cela a été mieux. Ils avaient bonne vue sur la colline et de la prairie, aussi. Ils ont combattu avec ruse. Les Indiens ne pouvaient les repérer que par la fumée de poudre de la muselière arme, mais l'instant où ils ont tiré, les Texans se tortille de côté pour six ou huit pieds, et les balles de répondre ont été gaspillés.

Les Indiens étaient encore en train le pire. Un grand nombre étaient couchés morts ou blessés. Le soleil était haut.

"Ce qu'ils en place d'à côté, je me demande?"

«Ils goin 'de nous enfumer! Je vois un gars crawlin' à travers l'herbe au vent."

"Tu ne peux pas le faire?" demanda le capitaine Jim. «Non, il a foxy».

«Où cela?"

Lourd fusil Bob Armstrong interrompu.

«Je lui ai récupérée, les garçons! Plumb par la tête. Point mort."

Bob avait marqué à 250 mètres, avec un snap-shot. Il était l'un des meilleurs coups de fusil, à la frontière.

L'herbe a été congédié, néanmoins, à plusieurs endroits. Elle était sèche, et a pris comme de l'amadou; les flammes craquelé et sauta, et dévala sur le buisson. La fumée s'élevait densément. Les Indiens pourraient être faiblement vu, courir dans le voile à la dérive et emportant leurs morts et blessés.

La voix de Jim Bowie pelé comme une trompette.

"Nous ne sommes pas encore morts. Nettoyez le pinceau et laisse aussi loin que vous pouvez atteindre, certains d'entre vous. Le reste de nous empiler les roches et la poussière pour un parapet pour les blessés."

Ils travaillaient comme un fou. Les chevaux déchiré lâche et boulonnés. Les Indiens hué, allègre, et tourné rondement. Mais le vent a changé, dans le nord, et le feu a bondi passé, juste le pâturage le fourré, le rampant lentement le-feu a été facilement étouffées avec des couvertures.

Avaient-ils été sauvés? Non! Les Indiens ont commencé un autre incendie, au nord. L'herbe séchée a été encore plus élevé ici. Les flammes rugit dans une dizaine de pieds devant dans l'air; l'acre fumée a dérivé chokingly.

"Mettez les blessés et les bagages dans le centre," étaient les ordres. "Alors chaque homme clairement son propre espace. Quand il s'agit, couché sur des couvertures, des vêtements, rien. Nous pouvons être rôti ici, mais il est mort certaine pour nous en dehors."

La chaleur et la fumée est devenue terrible. "Les Indiens", a déclaré Retsin Bowie, "a tiré une vingtaine de coups par minute», criblant le fourré. «Les étincelles volaient si densément que nul ne pouvait ouvrir sa corne à poudre avec des hors-courir le risque d'être détruit." Si les Indiens accusés dans après l'incendie, sous couvert de la fumée, les Texans ne pouvaient vider leurs fusils et répondre à la charge avec des couteaux et des haches.

Maintenant, les flammes étaient sur eux. Les branches et les cactus tordu et éclaté. Cowering et le blindage de leurs blessés, les hommes «jeter aux" avec tout ce qui venait à la main des couvertures, des peaux de bison, peaux d'ours, des manteaux, des chemises et battu le rez-de-feu. Leurs cheveux, la barbe et les sourcils étaient brûlés, ils pouvaient à peine voir. Et sautant les frais généraux, ou de la séparation, la tempête est passé de suite.

Il a quitté le maquis nus aux branches noircies et ridées cactus lobes. Chaque pouce avec la fumée âcre fumée.

"Raise que parapets. C'est tout ce que nous avons, les garçons. Nous aurons à combattre de l'intérieur de lui."

"Dat Jim nigger 'SSCO il était dans un combat toler'ble, mais« rien twa'n't' ob côté DIS ", claquaient garçon Charles.

Ils travaillaient, empiler leur anneau supérieur rempart, tandis qu'ils regardaient constamment à droite, à gauche, devant, derrière, s'attendant à un responsable.

Bob Armstrong applaudi.

«Les rouges vont! Ils en ont assez!"

Cela semblait vrai. Les Indiens avaient emporté leurs morts et leurs blessés, ils ont été de commencer à suivre, mais certains d'entre eux est resté en vue.

Le soleil s'est couché. Il avait été un jour court. Dans le crépuscule des Texans a de l'eau fraîche, à la crique. Bientôt, ils étaient prêts pour le lendemain. Toute cette nuit de la mort indiens chants retentit. Le matin est venu. Il y avait le silence, tandis que l'intérieur de leur petit cercle de pierres et de gazon au milieu des broussailles brûlée les cinq hommes valides blanc et deux garçons attendaient.

Pas Indiens apparu près. Ils étaient quelque part, enterrer leurs morts. Il a été découvert par la suite qu'ils étaient dans une grotte, pas loin.

Cette nuit Bob Armstrong et Caephus Ham a volé loin, et a examiné l'autre côté de la colline.

«Signes de sang Quarante-huit, nous avons compté," Bob rapporté », où Injuns n'avait été portée."

"Je crois que nous ferions mieux de rester ici quelque temps, tout de même,« le capitaine Jim Bowie conseillés. "Et nous avons un homme ou deux qui ne doit pas être déplacé encore."

Dans la matinée neuvième après la lutte, ils ont commencé à domicile, avec leurs trois blessés et de leurs bagages sur les chevaux, mais eux-mêmes essentiellement à pied; voyagé dix jours, et atteint de San Antonio dans la nuit tôt.

Ils ont rencontré une grande réception. Les Comanches avait été là, pour dire le danger et de dire que le parti Bowie étaient sûrement condamné. Stephen Bowie avait entendu et avait couru dans le; formait une entreprise de définir et de venger Jim, Retsin et le reste.

Mais maintenant un cri s'éleva-

«Ici, ils sont! La Bowies sont de retour! Le parti tout entier en!"

Les hommes et les femmes se précipitaient hors des maisons d'adobe, de la plaza. Tous les San Antonio s'est réjoui. La fuite était considéré comme un miracle.

Un mort, trois blessés, a été la liste, «mais nous avons combattu le feu ainsi que Injuns." Parmi les Indiens 164 quatre-vingt était tombé cinquante-deux d'entre eux ne plus se relever.

Telle était «Lutte indiens Bowie," dans le pays de San Saba du centre du Texas, Septembre 20, 1831.

Les frères Bowie n'a pas abandonné. James était certain que la mine était là, dans le San Saba, il attendait seulement d'être récupérée par des hommes courageux. Il a organisé une autre partie, ils étaient prêts, et ne craignait pas, lorsque le Texas rebellé contre les lois injustes du gouvernement mexicain. Pour les trois prochaines années tout était en confusion. Le 2 Octobre 1835, les colons américains, recueillies à Gonzales, à l'est de San Antonio, a défié les troupes mexicaines dans l'escarmouche appelée Lexington du Texas.

La note de Sam Houston a été nommé commandant en chef de l'armée texane, pour lutter pour les droits de l'Etat. Ce n'étaient pas des moments où les frères Bowie ou tout autre homme serait vraie recherche d'une mine simple. Sur Mars 2, 1836, le Texas a proclamé son indépendance, en tant que république. Le dimanche, Mars 6, le général Santa Anna de l'armée mexicaine ont pris d'assaut l'ancienne mission de San Antonio Alamo avec deux mille cinq cents soldats soutenus par des canons.

Le colonel Jim Bowie a été parmi les défenseurs, mais malade au lit. Sur les trois 180 femmes, un bébé, une petite fille et un garçon nègre ont été épargnés, et dans le lit de Jim Bowie est mort, pistolets en main, face à la porte par laquelle les soldats mexicains bondé et a tiré sur lui, ils étaient peur d'utiliser leurs baïonnettes.

Après la guerre Retsin Bowie retourne en Louisiane. La "Mine Bowie," les rouages ​​Amalgres ancienne dans le pays dangereux San Saba est resté fermé, car le secret de celui-ci a péri avec Jim Bowie lui-même.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
"Always get the water for the coffee upstream from the herd"
Revenir en haut Aller en bas
 
Search for a Silver Mine and the "Bowie Indian Fight"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Spirit of the West :: LES GUERRES INDIENNES-
Sauter vers: