Le forum des Old-timer et passionnés du Wild West.
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Abraham Lincoln

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
J.B.Books
Law in Abilene
Law in Abilene


Messages : 1957
Date d'inscription : 20/11/2011
Age : 40
Localisation : Sous mon chapeau.

MessageSujet: Abraham Lincoln   Jeu 8 Déc - 8:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Photographie par Alexander Gardner à la Galerie MB Brady, Washington, DC, 24 Février 1861.


Abraham Lincoln (12 février 1809 – 15 avril 1865 à Washington) est le seizième président des États-Unis. Il est élu pour deux mandats de quatre ans en 1860 et 1864 sans terminer ce dernier. Il est le premier président républicain de l'histoire du pays. Son nom est associé à la guerre de Sécession et à l’abolition de l'esclavage. Il meurt assassiné à la suite d'un complot émanant de partisans confédérés au début de son second mandat.

Lincoln est un petit avocat de province sans expérience qui devient à la fois un homme politique et un chef militaire efficace au moment où les États-Unis traversent la plus grande crise de leur histoire. L’élection d’un Républicain anti-esclavagiste entraîne immédiatement la création des États confédérés d'Amérique formé de 11 États esclavagistes et, peu après, la Guerre de Sécession. Après des revers initiaux, l’armée des États-Unis sous le commandement du général Ulysses S. Grant prend le dessus. Lincoln rédige la proclamation émancipant les esclaves et signe le 13e amendement abolissant l’esclavage. Dans son discours d’investiture au début de son second mandat, il se montre conciliant envers les États de l’ex-Confédération et lance un programme de reconstruction qui ne vit pas le jour en raison de son assassinat par John Wilkes Booth, un partisan sudiste.

Présidence.

1861

4 mars : investiture d’Abraham Lincoln en tant que seizième président des États-Unis.

12 avril : début de la Guerre de Sécession avec la bataille de fort Sumter en Caroline du Sud, par les forces confédérées. Trois jours plus tard, Lincoln déclare l’état d’insurrection et prévoit la levée d’une armée de 75 000 volontaires. Les États de Virginie, Caroline du Nord, Tennessee et Arkansas font sécession.

Fin avril : Lincoln ordonne le blocus des ports des États confédérés et interdit le commerce avec eux.

1862

27 janvier : Lincoln signe l’ordre de début des opérations militaires contre les États confédérés.

20 mai : la loi du Homestead Act est signée par Abraham Lincoln. Elle permet à chaque famille pouvant justifier qu'elle occupe un terrain depuis 5 ans d'en revendiquer la propriété privée, et ce dans la limite de 160 acres (soit 65 hectares). Si la famille y vit depuis au moins 6 mois, elle peut aussi sans attendre acheter le terrain à un prix relativement faible de 1,25 dollar par acre (soit 308 dollars pour 1 km²). Cette loi a joué un rôle éminent dans la conquête de l'Ouest américain.

19 juin : il commence à rédiger la proclamation d’émancipation des esclaves.

1er juillet : il institue l’impôt sur le revenu pour financer la Guerre de sécession.
Proclamation d'émancipation des esclaves, 22 juillet 1862

2 juillet : Morrill Land-Grant Colleges Act.

22 septembre : il annonce qu’il publiera sa proclamation d’émancipation des esclaves dans les États en sécession. Elle sera à l’origine de deux amendements à la Constitution, le premier abolissant l’esclavage, le second garantissant les droits civils.

1863

1er janvier : les esclaves sont émancipés.

20 juin : Lincoln incorpore l'Ouest de la Virginie dans l’Union, la Virginie-Occidentale devient donc le 35e État.

3 juillet : victoire nordiste de Gettysburg, en Pennsylvanie.

3 octobre : Lincoln institue la fête nationale de Thanksgiving au dernier jeudi de novembre.

19 novembre : Lincoln fait un discours pour l’inauguration du cimetière national situé sur le champ de bataille de Gettysburg.

8 décembre : Lincoln annonce son programme pour la reconstruction des États du Sud et fait une offre d’amnistie aux déserteurs de l’armée confédérée.

1864

12 mars : Lincoln nomme le général Ulysses S. Grant en tant que commandant en chef des armées de l’Union.

7 juin : la convention nationale du parti républicain désigne Lincoln comme son candidat pour les prochaines élections.

18 juillet : Lincoln ordonne le recrutement de 500 000 volontaires dans l’armée.

8 novembre : Lincoln est réélu pour un second mandat avec 56 % du vote populaire.

1865

3 février : Lincoln tente une dernière fois de terminer la Guerre de sécession par la négociation. Il exige la reddition des forces confédérées et le retour des États dans l’Union. Ces derniers veulent leur indépendance et la réunion se termine par un échec.

4 mars : investiture d’Abraham Lincoln pour un deuxième mandat.

9 avril : fin « officielle » de la Guerre de sécession.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Photographie par MB Brady Gallery, Washington, DC, Février 8th, 1864


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L'assassinat


14 avril 1865 : Abraham Lincoln rencontre souvent le général Grant, qui commande les troupes de l'Union, pour aborder les problèmes de la reconstruction des États sudistes. C’est au cours d’une sortie au théâtre Ford à Washington (la pièce s'appelait Our American cousin), qu’il est assassiné2 par un sympathisant sudiste. Ce dernier, John Wilkes Booth, s'introduit derrière Lincoln et lui tire une balle à bout portant derrière la tête, au niveau de la nuque. Les médecins accourent et voient tout de suite que la balle a atteint le cerveau. Ils le transportent dans une maison en face du théâtre où il passe la nuit sans reprendre connaissance. Lincoln meurt le lendemain matin, à 7 h 22. Booth cria par la suite « Sic semper tyrannis! » (latin : « Ainsi en est-il toujours des tyrans ! »). Cette citation se trouve dans l'hymne du Maryland, où Booth avait rencontré un certain succès en tant qu'acteur, et sur le Grand Sceau de l'Etat de Virginie dont elle est la devise officielle.

Quatre personnes furent condamnées à mort par un tribunal militaire à la suite de l’assassinat de Lincoln. Parmi elles, une femme qui fut la première à être exécutée par le gouvernement des États-Unis.

Abraham Lincoln est enterré à Springfield, en Illinois, dans une crypte fortifiée bâtie en 1901 à la suite de menaces proférées contre sa dépouille. Auparavant, son cercueil avait été déplacé 17 fois depuis son enterrement initial en 1865 ainsi qu'ouvert à 5 reprises : le 21 décembre 1865, le 19 septembre 1871, le 9 octobre 1874, le 14 avril 1887 et le 26 septembre 1901.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

John Wilkes Booth. L'assassin de Lincoln.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

New York, semi hebdomadaire Tribune. Le 28 avril. 1865.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La loge privée au théâtre Ford, lieu où le président Lincoln fut assassiné.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Photographie du monument de Lincoln au cimetière de Oak Ridge à Springfield.

Reportage sur Arte en 3 épisodes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
"Always get the water for the coffee upstream from the herd"
Revenir en haut Aller en bas
J.B.Books
Law in Abilene
Law in Abilene


Messages : 1957
Date d'inscription : 20/11/2011
Age : 40
Localisation : Sous mon chapeau.

MessageSujet: Re: Abraham Lincoln   Dim 11 Déc - 11:09

Execution of the Lincoln Conspirators


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
"Always get the water for the coffee upstream from the herd"
Revenir en haut Aller en bas
J.B.Books
Law in Abilene
Law in Abilene


Messages : 1957
Date d'inscription : 20/11/2011
Age : 40
Localisation : Sous mon chapeau.

MessageSujet: Re: Abraham Lincoln   Mer 13 Juin - 18:52

Photo: Relics of the Lincoln Assassination c. 1960s, vintage silver print with AP release and caption, 9.5"x7.375" (via: the Photo Review auction) (deringer in center)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
"Always get the water for the coffee upstream from the herd"
Revenir en haut Aller en bas
paddy



Messages : 129
Date d'inscription : 26/01/2012
Age : 56
Localisation : 78

MessageSujet: Re: Abraham Lincoln   Jeu 14 Juin - 17:25


un petit article que j'ai écrit il y a longtemps sur l'assassin du président Lincoln , John Wilkes Booth


QUI ETAIT VRAIMENT JOHN WILKES BOOTH ?



John Wilkes Booth entre dans l'Histoire au cours de la soirée du 14 avril 1865, en logeant la balle de son Dirringer dans la nuque du président des Etats-Unis lors d'une représentation au théâtre Ford de Washington. En abattant Abraham Lincoln, l'homme qui vient de gagner la plus terrible guerre jamais livrée sur le sol américain, qui a tenu tête aux rebelles du sud, qui a permis la libération de plus de quatre millions d'esclaves noirs, Booth vient également de devenir la personne la plus détestée du pays , le premier « vilain » de l'histoire américaine… Pour l'opinion publique comme pour la presse, un homme capable d'un tel acte ne peut être qu'un déséquilibré et un médiocre, on en fera bientôt un fou et un raté, une image qui a perduré dans les livres et l'imagination populaire jusqu'à nos jours. Mais John Wilkes Booth était-il vraiment cet acteur dément et sans talent ?


Booth est né dans une cabane de rondins, comme Lincoln, à la sortie de Bel Air , dans le Maryland, le 10 mai 1838. Son père, l'acteur Junius Brutus Booth, est venu d'Angleterre en 1821, en compagnie d'une jeune fille Mary Ann Holmes avec qui il s'est enfui en laissant une femme et un fils derrière lui. Le couple va vivre hors des liens du mariage jusqu'à la mort de Junius en 1852. Dix enfants naîtront dont John, (en 9eme position) ou Wilkes comme on l'appellera le plus souvent. Tous s'emploieront à dissimuler cette illégitimité , racontant que leurs parents s'étaient en fait mariés en Angleterre juste avant leur départ … Junius étant un acteur talentueux et reconnu , la famille n'est pas pauvre et possède même quelques esclaves ainsi qu'une maison à Baltimore ou elle passe l'hiver.


Enfant, Wilkes étudie dans plusieurs écoles, dont une tenue par des Quakers, puis à St Timothy's hall, une académie militaire épiscopale à Catonsville (Maryland) ou , en compagnie de l'élite sociale du Maryland, il va porter l'uniforme gris . Au cours des années 1850, Booth semble rejoindre les « Know Nothing » , parti politique formé d'hommes natifs du nouveau continent et qui entendent le préserver pour les citoyens blancs qui y sont nés contre les émigrants plus récents. Wilkes quitte l'école à la mort de son père en 1852 et travaille plusieurs années sur la ferme familiale. Mais aux dires même des ses frères et sœurs, la seule chose qui l'attire est le théâtre et la renommée qu'il peut donner . Bien que leur père eut toujours découragé ses enfants de monter sur les planches (Wilkes ne vit même jamais jouer son père) , la passion du théâtre embrasa Wilkes ainsi que deux de ses frères, Edwin et Junius Brutus Jr qui , tout jeune, en feront leur jeu préféré.


Wilkes monte sur scène en 1855 pour la première fois au Saint Charles Street theater de Baltimore. Ce n'est pas un succès ! Il attend près de deux ans avant de refaire une tentative au Weatley's Arch Street Theater de Philadelphie (la capitale du théâtre aux Etats-Unis à cette époque) . Là encore, la gloire n'est pas au rendez-vous. Le directeur du théâtre, William S. Fredericks, ne lui promet pas une grande carrière, et cette opinion semble avoir été partagée par d'autres directeurs de la ville. En septembre 1858, Booth qui persévère, gagne Richmond, en Virginie ou il rejoint le Old Marshall Theatre. Là, il prend confiance en lui et lentement construit sa carrière. Il devient populaire auprès du public tout en étant de plus en plus attiré par la sud et sa façon de vivre. C'est sous le nom de « J.B.Wilkes » que John est monté sur les planches jusqu'alors mais le nom de Booth n'a cependant jamais cessé d'être connu dans le spectacle , car dans le même temps, son frère Edwin, est devenu une célébrité sur les scènes du Nord. Wilkes devient enfin « J.Wilkes Booth » au cours d'une tournée dans le sud juste avant la guerre.


Wilkes ne quitte les planches que très brièvement en 1859 pour s'enrôler dans une milice, les Richmond Grays (20 novembre 1859) avec semble t'il la seule intention d'être témoin de l'exécution de l'activiste abolitionniste , John Brown à Charles Town (Virginie) . Il y parvient effectivement et peu après, il regagne Richmond et démissionne de la compagnie … Ce sera là sa seule expérience militaire.


C'est véritablement à partir de 1860 que la carrière de Wilkes « s'envole ». Il devient une vraie vedette avec des cachets de plus de 20 000 dollars par an ! Il est acclamé comme le « plus jeune tragédien du monde » et pas seulement dans le sud, puisque il entame une grande tournée dans les villes nordistes en janvier 1861 de New York à Washington ou il remporte un triomphe. Sa personnalité , ses manières, son élégance , mais aussi la façon dont il refreine ses sympathies sudistes le font admirer partout, et finalement, même au nord, tout le monde n'apprécie pas le nouveau président élu , Abraham Lincoln !

Quand la guerre éclate, Wilkes reste au nord, peut être pour préserver sa carrière dans une région ou les théâtres ne désempliront jamais ! Il prétendra avoir promis à sa mère qu'il ne s'engagerait pas dans l'armée confédérée , malgré tout, il semble bien qu'il se soit livré au trafic de quinine pour les forces sudistes, médicaments qu'il achète avec ses cachets qui sont alors de 900 $ par semaine .

La guerre civile qui divise le pays divise également de nombreuses familles dont les Booth. Edwin, le frère aîné , est un fervent partisan de Lincoln, bien que ses mobiles ne soient pas que politiques. En effet, il sauva le fils des Lincoln , Robert , lors d'un accident de chemin de fer à Jersey Station au tout début du conflit .

Rivaux sur les scènes, les frères Booth le sont aussi en politique et le sujet est banni lors des réunions familiales . Wilkes rattrape son frère en popularité et le dépasse même sur certains points sans doute de part son physique avantageux et son charme qui séduit d'avantage les femmes. Chaque semaine, il reçoit des centaines de lettres d'amour d'admiratrices passionnées , certaines le suivent jusqu'à chez lui, l'arrachent de scène et il est le premier acteur de l'histoire à avoir eu ses vêtements littéralement mis en pièces par une horde de « fans » déchaînées !!!

Wilkes n'est évidemment pas insensible au charme féminin et, bien que les indiscrétions dans ce domaine soient infiniment plus rare en 1860 qu'aujourd'hui, il est certain qu'il eut un certain nombre d'aventures, en particulier avec les actrices des pièces dans lesquelles il jouait.

Le 26 avril 1861, de retour à son hôtel en compagnie de l'actrice Henrietta Irving, après une représentation au Green Street Gayety Theatre d' Albany, à New York , et alors que le couple avait beaucoup bu (un défaut que Booth aurait hérité de son père), Wilkes fut blessé d'un coup de couteau au visage lors d'un accès de jalousie de la dame . Croyant l'avoir tué, celle-ci tenta de se poignarder mais ne fit que se blesser. On imagine combien ce genre d'affaire fit jaser dans les salles de spectacle du nord !

Au moment ou Wilkes fut tué en 1865 , on découvrit d'ailleurs cinq photographies de jeunes femmes sur son corps dont celle de Lucy Hale, la propre fille du sénateur abolitionniste John P.Hale, avec qui il s'était d'ailleurs secrètement fiancé en mars 1865 !


Au cours des années de la guerre, Wilkes apparaît à New York, Boston, Baltimore, Chicago, Cleveland, Detroit, St Louis, Leavenworth , Nashville, La Nouvelle Orléans et plusieurs autres villes. Son rôle fétiche est celui de Richard dans Richard III qu'il joue à peu près partout. Les critiques le comparent à son père et certains n'hésitent pas à affirmer que c'est lui plutôt qu'Edwin qui a hérité du génie de Junius Brutus Senior ! Il est dit par une de leurs soeurs , Asia, qu'Edwin en tremblait pour ses propres lauriers lors d'une représentation de « Jules César » en novembre 1864 ou les trois frères se retrouvèrent sur la même scène.

Depuis le déclenchement de la guerre, au cours de ses déplacements dans le nord , John Wilkes Booth ne cachait plus ses sympathies pour le sud et son dégoût pour Lincoln , pourtant, cela ne lui attira jamais d'ennuis sinon une arrestation au printemps de 1862 lors d'un passage à St Louis et une comparution devant le provost marshall de la ville .

Après une autre représentation à la Nouvelle Orléans en mars 1864, alors que Booth et quelques amis déambulaient dans les rues, l'un d'eux fit le pari que Wilkes n'aurait jamais le courage de chanter « Bonnie blue flag » , fameux air sudiste interdit en ville depuis 1862. Bien entendu, Wilkes s'exécuta immédiatement alors que ses compagnons s'enfuyaient. Le premier couplet à peine terminé Booth se vit entouré par une foule de soldats de l'Union plutôt menaçants . Booth joua la comédie à fond, plaidant l'ignorance, disant qu'il ne savait pas ce qu'il chantait, que l'air était joli… Les soldats le laissèrent partir à l'extrême stupeur des amis de Wilkes convaincus dès lors que n'importe qui d'autre que lui aurait fini la guerre derrière les barreaux !!!

Deux mois plus tard , Booth terminait ce qui devait être sa dernière tournée , mais personne ne le savait alors. Il n'aurait plus que trois occasions de remonter sur scène. Pendant ce temps libre il pu se consacrer à ses investissements dans le pétrole de Pennsylvanie ou il avait créé une compagnie, la « Dramatic oil company ». Déçu du manque de bénéfices immédiats, il revendit ses parts à son frère Junius.


Wilkes a d'autres activités au cours de cet été 1864. Il voyage au Canada, à Montréal , ou il rencontre et sympathise avec des agents confédérés. Des plans pour kidnapper Lincoln sont échafaudés et quand il rentre à Washington, Booth commence à recruter quelques complices pour la réalisation de son projet. Ces complices seront Michael O'Laughlen, Samuel Arnold, Lewis Powell (Paine), John Surratt, David Herold, George Atzerodt et d'autres probablement qui resteront inconnus. En conduisant Lincoln à Richmond , Booth espère contraindre le gouvernement fédéral à un échange contre tous les prisonniers de guerre sudistes qui reprendraient ainsi leur place dans les rangs décimés des forces confédérées. Les routes de fuite possibles par le sud du Maryland, sont reconnues, des routes peu ou pas gardées à cause de leur peu d'intérêt stratégique . C'est d'ailleurs par là que Booth fuira au soir du 14 avril… Il est plus que probable qu'en plus de ses connections avec les agents sudistes au Canada , Booth ai également eu des contacts avec Richmond . Au cours du procès des conspirateurs, il sera fait mention , à de nombreuses reprises, d'un courrier confédéré, Mrs Sarah Slater , et de ses régulières allées et venues entre la capitale Confédérée, Washington et le Canada. Plusieurs des complices de Booth parleront de Mrs Slater mais les fédéraux ne mettront jamais la main sur elle. Elle semble d'ailleurs disparaître de la surface de la terre après le meurtre du 14 avril … Sa seule existence suffit cependant à démontrer que si Richmond n'est pas à l'origine du complot contre Lincoln, les services confédérés et sans doute des responsables du gouvernement sudiste étaient cependant au courant des projets de Booth contre le président , projets d'enlèvement rappelons le , il n'est alors pas question d'assassinat .

Le 15 mars 1865, les conspirateurs se réunissent au Gautier's restaurant sur Pennsylvania avenue , tout près du théâtre Ford. Peu après, Booth apprend que le président a prévu de se rendre à une représentation au Campbell Hospital juste aux limites de Washington, le 17 mars.

L'occasion semble idéale de capturer Lincoln au cours de ce déplacement , hélas, le président décide au dernier moment de parler au 140th régiment de l'Indiana et de remettre un drapeau capturé au gouverneur de ce même état.

Wilkes, prévenu, annule bien sûr l'opération. Il semble que d'autres idées de kidnapping aient été envisagées par le groupe . Signalons d'ailleurs que le 8 avril, dans le nord le la Virginie, un parti de cavaliers appartenant aux forces du colonel Mosby se tenait encore près à prendre en charge la personne du président de l'Union en cas de réussite d'un enlèvement !

Le 9 avril, Lee dépose les armes à Appomattox, quelques jours après la chute de Richmond. Le 11, Lincoln prononce son dernier discours au balcon de la Maison Blanche . Booth, en compagnie de deux de ses complices est dans l'assistance. Le président parle de droits nouveaux pour les noirs… « Maintenant par Dieu, je vais l'abattre, c'est son derniers discours » enrage Booth. Enlever le président ne servant plus à rien désormais, Booth radicalise donc son opération . Il s'agit maintenant de tuer Lincoln, mais également le vice-président Johnson et le secrétaire d'état Seward, laissant le nord dans le chaos le plus complet et permettant ainsi à la Confédération de négocier ou continuer la lutte. Bien sûr, Booth ignore dans quel état se trouve son sud bien aimé…

On connaît la suite, Booth se charge de Lincoln tandis que Paine s'occupe de Seward (qu'il blessera)et qu'Atzerodt doit exécuter Johnson (il renoncera en chemin). Wilkes, lui accomplit sa mission qu'il a très bien préparé, personne ne s'étonnera de le voir au théâtre Ford ou il a joué encore quatre semaines auparavant. Le garde du corps du président ne l'aurait il même pas laissé passer en reconnaissant l'acteur le plus célèbre d'Amérique ? Le 9 novembre 1863, assis dans la même loge du théâtre Ford, Lincoln applaudissait Booth jouant « The Marble Heart ». Il lui fit même passer un billet dans sa loge réclamant l'honneur de lui parler , mais Booth , avait décliné l'offre !

Booth tire alors que la salle rit pendant un moment comique de la pièce « Our American Cousin », la plupart des spectateurs n'entendent même pas le coup de feu et quand l'acteur saute sur la scène, beaucoup pensent que c'est pour le spectacle ! Booth sera rattrapé quelques jours plus tard et abattu dans une grange . A ce moment , le comédien qui a charmé une nation , celui dont on collectionnait les articles des journaux ou les photographies, n'est plus qu'un immonde assassin , la bête noire de toute une nation qui va rapidement oublier tout un chapitre de son histoire théâtrale . Booth qui a toujours excellé dans la tragédie vient d'écrire la sienne ...

P.AILLIOT







Revenir en haut Aller en bas
minartwest
Marshal
Marshal


Messages : 1562
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 59
Localisation : HERSTAL(Belgique)

MessageSujet: Re: Abraham Lincoln   Jeu 14 Juin - 19:17

Voici deux autres portraits de Booth
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le premier avis de recherche de l'assassin de Lincoln
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le second (déjà parut sur ce site en noir et blanc) ici, c'est la version colorisée d'époque de l'affiche
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La proclamation d'émancipation parue le 22 sept 1862
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le discourt d'investiture de son second mandat peu-avant son assassinat
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

affiche parue peu-après la mort de Lincoln
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
le commentaire au bas de cette affiche:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://users.skynet.be/minartwest/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Abraham Lincoln   Aujourd'hui à 2:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Abraham Lincoln
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Spirit of the West :: SPIRIT OF THE WEST/ BIG RODEO. Toutes les sujets n'ayant pas de catégorie désignée.-
Sauter vers: